De l'île aux îles

Home / La Chronique à Guillaume / Les Îles pour les nuls

Les Îles pour les nuls

les iles pour les nuls

Bonsoir cher auditoire captif! Après plusieurs semaines d’attente interminable, voici enfin la première « Chronique à Guillaume ». Pour ce faire, j’ai décidé de débuter avec un sujet assez général: une présentation en surface de ce magnifique coin de pays que sont les Îles-de-la-Madeleine, le long de la route 199, cette artère vitale qui les relies (presque) toutes. Des chroniques futures aborderont plus en détail l’histoire de l’archipel ainsi que sa faune/flore/géologie. Préparez-vous donc à lire le résumé de mes observations sur le terrain ainsi que de mes nombreuses lectures sur wikipedia et dans les guides touristiques. Je ne garantis pas l’exactitude de tout ce que je raconte ici!

Première chose à savoir: ce sont LES Îles-de-la-Madeleine… il y en a 7 habitées, alors si je vous entends dire « l’Île de la Madeleine », j’assume automatiquement que vous êtes un idiot. Désolé.

Deuxième chose à savoir: Les Îles font partie du Québec, même si elles sont géographiquement plus proche du Cap Breton en Nouvelle-Écosse. Ça peut vous sembler niaiseux, mais si vous saviez le nombre d’english canadians qui croyaient qu’on allait travailler en France. On parle de monde des Maritimes là, pas de l’Ouest Canadien!

Troisième chose à savoir: Les anglophones des Maritimes sont un peu mêlés lorsqu’on leur parle des Magdalen Islands… il faut dire The Maggies pour se faire comprendre.

les iles pour les nuls-2Bon voilà, maintenant qu’on a réglé ces points vitaux, venons-en au vif du sujet. C’est quoi les Îles? Comme je le disais, il s’agit d’environ 12 000 habitants et de 50 000 touristes annuels éparpillés tous le long d’un archipel de 7 îles habitées, donc 6 sont reliées entre elles. Voici donc une présentation de chacun d’elles.

L’Île d’Entrée tiens la garde à l’entrée de la Baie de Plaisance, séparée du reste. Déjà que les Îles sont isolées sur un temps rare, imaginez-vous habiter sur ce lopin de terre séparé par une dizaine de kilomètres des autres… en plus, il s’agit d’une des deux communautés anglophones des Îles, ce qui en fait réellement un monde à part. Oui oui, il y a des anglophones aux Îles, venez-vous de l’apprendre? Ce sera certainement un sujet de chronique future. Enfin, comme nous n’avons toujours pas visité l’Île d’Entrée, je n’en dirai pas plus pour le moment, sauf pour vous dire que tous les matins pas trop brumeux, nous pouvons admirer ses magnifiques falaises de grès rouge directement de notre balcon.

DSC_3915Ensuite, si nous prenons les Îles du sud-ouest au nord-est, tel quelqu’un qui part d’une extrémité de la route 199 pour terminer à l’autre, nous commençons pas l’Île du Havre Aubert. Celle-ci est la plus grosse du groupe et a été la première à être colonisée de façon permanente au 18e siècle. Divisée en deux cantons, Havre Aubert et Bassin, c’est ici que nous trouvons la Grave, l’endroit le plus animé dans les mois ensoleillés de l’été, lorsque les touristes envahissent l’archipel. Le légendaire Café de la Grave peut nous y accueillir pour un repas, une bière ou un spectacle de fin de soirée. Sinon, il y a de nombreux artisans présents, certains même où Stéphanie a déjà fait la razzia. Du côté de Bassin se trouve les plus grandes étendues encore boisées des Îles. Il s’y trouve même un verger, le Verger Poméloi qui offre de délicieux produits alcoolisées, ainsi qu’un élevage de Wapitis! De plus, certains des plus beaux panoramas des Îles s’y trouvent, avec une vue plein sud à couper le souffle.

En continuant sur la route 199, posée à même une dune de sable avec la Baie de Plaisance d’un côté et la Lagune du Havre aux Basques de l’autre, nous arrivons à l’île du Cap-Aux-Meules, qu’on pourrait qualifier d’île principale. c’est ici que les bateaux de croisières et les traversiers accostent, donc il s’agit de la première sur laquelle la plupart des touristes mettent le pied. De plus, la plupart des services y sont basés, tel que l’hôpital, les pharmacies, la boucherie, la poissonnerie, les services gouvernementaux, etc. Celle-ci est divisée en trois villages: l’Étang-du-Nord, Cap-aux-Meules et Fatima. Je crois qu’il est important de faire une parenthèse ici pour parler de Fatima. En effet, les Fatimatois sont en quelque sorte les Newfies des îles; toutes les blagues portent sur eux. Étant votre scribe dévoué, je tâcherai d’en retenir plusieurs pour vous les partager dans une chronique future. (Addendum: Suite à certains commentaires reçus, je désire étoffer ma penser afin que mes propos ne soient pas mal interprétés. En parlant de Newfie, je voulais uniquement rapporter le fait que les blagues faites par les Madelinots portent très souvent sur les gens de Fatima. En aucun cas, je ne voulais dire qu’ils sont stupides ou qu’ils ont un quelconque autre défaut. Je n’ai jamais pensé une telle chose. Je suis désolé si certaines personnes auraient pu comprendre ainsi mon descriptif utilisé. – Guillaume )

Continuons sur la route 199 (vous aie-je dit qu’il s’agit de la seule route des Îles? Toutes les autres voies sont des « chemins ») et traversons le seul pont des Îles: nous sommes rendus à Havre-aux-Maisons! Il s’agit de la meilleure île, étant donné que nous y habitons. En effet, notre maison se situe à la Pointe Basse, ce qui est, de l’avis de tous, un des plus beaux endroits de l’Archipel, avec des points de vue à couper le souffle en un seul coup d’oeil sur les trois îles mentionnées précédemment. C’est aussi ici que vous trouverez les délices culinaires que sont la fromagerie Pied-de-vent, le Fumoir d’antan, la Barbocheux, la Pizza de la Pointe et j’en passe. C’est aussi ici que se trouve l’aéroport des Îles.

Screen Shot 2016-09-08 at 10.15.06 PMLa route s’allonge ensuite le long de la Dune du sud pour ensuite bifurquer vers le nord et rejoindre la Dune du nord. Une dizaine de minutes de route nous amène à l’Île de Pointe-aux-Loups, la plus petite du groupe avec tout au plus une cinquantaine de familles, pour la plupart de pêcheurs. Peu de choses à dire de cet endroit, autrement que certaines des plus belles plages de îles s’étendent de part et d’autre de ce petit îlot rocheux.

Encore une dizaine de minutes de plus sur la Dune du nord nous amène à Grosse Île, qu’il faut prononcer en anglais s’il-vous-plait, puisque la seconde communauté anglophone des îles s’y trouve. S’y trouve aussi la mine de sel Seleine. En effet, les Îles-de-la-Madeleine reposent sur d’immenses dômes de sel souterrains. Le sel qui sort de cette mine n’est pas utilisé pour la consommation; il se retrouve plutôt sur la plupart des routes du Québec en hiver. Nous travaillons très fort pour avoir une visite VIP de la mine; soyez assurées que nous vous ferons une chronique le cas échéant.

les iles pour les nuls-3Roulons encore quelques minutes et nous sommes rendus à l’Île de Grande Entrée, après avoir passé par la Réserve nationale de faune de la Pointe-de-l’est. Il s’agit de la dernière île a avoir été colonisée, aux environs des années 1870. C’est du port de Grande Entrée que la majorité des prises de homards arrivent sur la terre ferme en juin. S’y trouve aussi l’Auberge la Salicorne, point de départ de plusieurs activités de plein air, et le Bistro Plongée Alpha, propriété du célèbre cameraman sous-marin Mario Cyr.

Ouf! Le chemin a été long. Il ne s’agit ici que d’un résumé. Des dizaines de sujets de chronique me sont venues en tête en écrivant ces mots. Je n’ai même pas encore abordé les différences d’accent de chaque îles, je n’ai qu’effleuré les trésors alimentaires que cachent les Îles. Je n’ai même pas abordé les Îles inhabitées! Ce sera pour une prochaine fois. En espérant que cette mise en bouche vous donne envie de lire les prochains articles!

– Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur les résaux sociaux